Le Nouvel Homme, § 12

Puisque notre Dieu est un être effectif, tout doit être effectif dans ce qui l'approche, comme dans ce qui sort de lui. Ainsi, pourvu que nous le recherchions avec une pénitence effective, une humilité effective, un courage effectif, nous ne devons pas douter qu'il ne vienne à nous avec des puissances effectives, avec des dons effectifs, et qu'il n'imprime sur nous des témoi­gnages effectifs de son intérêt et de son effectivité 

 (…) Venez, humilité sainte, venez vivre dans la prédication intérieure que mon âme entend chaque jour au-dedans d'elle-­même, et unissez votre activité à la parole intérieure qui me poursuit, afin que je sois sans interruption un être effectif, et que, par votre moyen, le Divin et universel défenseur repose sur moi, et me préserve de la colère du Seigneur.

 L'homme est tranquille au milieu des abîmes qui l'envi­ronnent ; il oublie que ses ennemis sont si redoutables, qu'il ne peut pas abattre le moindre degré de leur puissance, qu’autant que la force Divine, elle-même, se met en mouvement, et sans qu'il n'en coûte à Dieu, une opération, et un acte réel de sa force et de son action entière. L'ennemi ne l'ignore pas cette vérité ; aussi, il ne remue pas tant que nous ne mettons en jeu que nos puissances inférieures et particulières à l'homme ténébreux ; et un de ses grands secrets, c'est d'abuser les mortels par d'appa­rents succès fondés sur des prières faibles et illusoires, qui les font dormir dans le sommeil de la mort ; c'est par là qu'il dévore journellement toute la terre. (…) Cet ennemi de toute vérité a des puissances à ses ordres qu'il envoie devant lui comme des espions dès qu'on le poursuit et qu'on l'attaque dans son pays ; il a à ses ordres des chiens, des loups qui observent s'ils ne pourront pas dévorer le cavalier et sa monture, et ensuite faire main basse à leur aise sur toute la bergerie. Mais sitôt qu'ils aperçoivent ou seulement qu'ils sentent le lion de la tribu de Juda, ils fuient à toutes jambes, tant ce lion de la tribu de Juda a des armes tranchantes et à l'épreuve de tout. Ses armes n'ont pas même besoin de se mouvoir ; il approche et tout tremble devant lui. 

(…) Ne cherchons pas un autre chef. N'est-ce pas lui qui a appelé l'âme de l'homme et qui lui a dit : sur cette pierre je bâtirai mon église ? Mais notre âme embrasse et pénètre tout notre être, comme l'esprit du Seigneur embrasse et pénètre tout l'univers ; ainsi chaque portion de nous, chacune de nos facul­tés, chacune de nos pensées, chacun de nos mouvements peu­vent donc se transformer en autant d'églises où le nom du Seigneur soit perpétuellement honoré ; c'est pour cela que le nom du Seigneur sera loué de l'orient jusqu'à l'occident, du nord au midi, et dans toute l'étendue de la terre. C'est là ce que seront les fonctions de ce nouveau-né à qui l'esprit vient de donner le jour ; car, son ministère circulera dans le quaternaire ; ainsi l'homme aura à vaquer aux fonctions Divines à l'angle d'orient, aux fonctions spirituelles dans l'angle du nord, aux fonctions de l'ordre mixte dans l'angle d'ouest et aux fonctions de la justice, du combat et du jugement dans l'angle du midi. De là il retournera sur ses pas, pour purifier, et sanctifier de nouveau les régions et leur faire part de ses triomphes et venir ensuite en rendre hommage à l'universel triomphateur, sans lequel il n’y aurait aucun conquérant.Hercules and the hydra

Mais répétons-le, c'est dans les plus creuses profondeurs de l’âme humaine, que l'architecte doit venir poser le fondement de l’église ; et il faut qu'il les cimente avec la chair, le sang et la vie de notre verbe, et de tout notre être. Voilà le travail le plus pénible de la régénération ; c'est celui qui porte sur cette intime substance de nous-mêmes. Au milieu des supplices que notre corps peut subir, nous pouvons dans notre âme en subir un plus grand encore.

C'est ce qui est arrivé au réparateur qui ne songeait point à la mort de son corps lorsqu'il demandait que ce calice s'éloignât ­de lui ; enfin c'est le combat de l'esprit, c'est cette douleur à laquelle aucune douleur ne se compare, et qui par sa grandeur même nous met dans le cas de supporter toutes les autres avec une sorte d'indifférence.

Car, si nous voulions courageusement faire pénétrer notre esprit vivant dans toutes les subdivisions et régions de notre être, pour y porter la vie et la renaissance, nous ne compterions pour rien les maux ordinaires auxquels notre nature et notre vie temporelle nous exposent ; et il n'y aurait plus de douleur qui pût se mettre en parallèle avec notre douleur ; mais aussi où seraient les joies qui finalement pourraient se mettre en parallèle avec nos joies ?

Nous apprendrions là, en peu de temps, toute notre histoire. Nous y apprendrions que nous naissons dans le Divin, que nous prenons forme dans l'esprit, que nous rectifions l'apparence, et que nous séparons l'iniquité, et que ces quatre grandes opérations se font par l'impression de la force, de l'amour et de la sainteté, sur notre corps, notre cœur et notre front ; le tout sous l’aspect du grand nom central qui plane au-dessus de nous, pour nous vivifier, comme il vivifie tous les êtres dont il est à jamais le centre unique et universel.

L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme (1790), § 12, extraits choisis.