Le Nouvel Homme, § 2

 

 

Angegardien

 

« Un secret à la fois immense et terrible a été communiqué dans L'homme de désir, n°146, page 217. Et ce secret est que le coeur de l'homme est le seul passage par où le serpent empoisonné élève sa tête ambitieuse, et par où ses yeux jouissent mme de quelque lumière élémentaire, car sa prison est bien au-dessous de la nôtre.

Ici nous osons communiquer un autre secret non moins profond, mais plus consolant, plus encourageant, et fait pour nous apprendre à nous respecter tant par rapport à la sainteté de notre origine, qu'à la sublimité de l'oeuvre que nous devons et que nous pouvons opérer sur la terre. Voici ce secret :

L'ami fidèle qui nous accompagne ici-bas dans notre misère, est comme emprisonné avec nous dans la région élémentaire, et quoiqu'il jouisse de sa vie spirituelle, il ne peut jouir de la lumière divine, des joies divines, de la vie divine que par le coeur de ce même homme qui fut choisi pour tre l'intermède universel du bien et du mal. Nous attendons de cet ami fidèle tous les secours, toutes les protections, tous les conseils qui nous sont nécessaires dans nos ténèbres et toutes les vertus pour subir le décret de notre épreuve à laquelle il n'a pas le droit de rien changer ; mais il attend de nous en récompense, que par le feu divin dont nous devrions être embrasés, nous lui fassions éprouver la chaleur et les effets de ce soleil éternel dont il se tient éloigné par la pure et vive charité qui l'anime en faveur de la malheureuse humanité.

C'est pour cela que J.-C. dit, dans saint Matthieu, 18 : Ne méprisez aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient continuellement la face de mon père qui est dans les cieux. Ils ne voient la face de Dieu, que parce que les enfants qu'ils accompagnent ont le cœur pur, et c'est le cœur pur de ces enfants qui sert d'organe à ces anges, puisqu'ils ne sont pas dans le ciel où est le père. Mais réciproquement le cœur de l'homme n'est pur que quand il est fidèle à la voix de son ange ; c'est‑à‑dire, en d'autres paroles quand l'homme est re­devenu enfant, et qu'il fait en sorte que son ange ait la liberté de voir la face de Dieu.

Aussi y a‑t‑il un grand sens dans ces paroles de J.-C., même chapitre, verset 3 : si vous ne devenez comme de petits enfants, nous n'entrerez point dans le royaume des cieux. L'ange est la sagesse, le cœur de l'homme est l'amour ; l'ange est le récipient de la lumière divine, le cœur de l'homme en est l'organe et le modificateur. Ils ne peuvent se passer l'un de l'autre et ils ne peuvent être unis que dans le nom du seigneur, qui est à la fois l'amour et la sagesse, et qui les lie par là dans son unité. Nul mariage comparable à celui‑là ; et nul adultère comparable à celui qui altère un pareil mariage ; aussi est‑il dit, (Matthieu, 18), que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a joint. »

 L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme (1790), § 2 

 

« Ô homme ! Si tu aperçois le moindre rayon de cette haute lumière, ne perds pas un moment pour accomplir toutes les lois qu'elle t'impose, et pour te rendre aussi vif, aussi actif, et aussi pur que les deux correspondances entre lesquelles tu te trouves placé ; ce sera le moyen d'accélerer ta régénération, et de te préparer d'avance un lieu de repos pour le temps à venir. Tu es la lampe, l'esprit est l'air, la chaleur et le feu de la lumière divine sont renfermés dans l'huile ; l'air souffle sur toi pour te mettre en activité et pour que tu lui transmettes la chaleur douce et vivante, et la sainte clarté de cette huile qui doit nécessairement passer par toi pour lui parvenir.

 Dans cette opération, l'homme devient une véritable lumière au milieu des ténèbres, il ne devient cette véritable lumière que parce qu'il manifeste le principe vivant qui veut bien la lui procurer et la faire passer par son cœur ; ainsi l'homme peut grandement se réjouir, mais il ne peut pas se glorifier ; enfin l'ange est comblé de consolations et de jouis­sances ; et au moyen des joies divines que nous lui procurons, il se lie et s'attache d'autant plus à nous, tant par sa vive charité naturelle, que par le besoin d'augmenter son propre bonheur. De son côté, la Divinité ne cherche continuellement qu'à percer de plus en plus dans le cœur des hommes, pour étendre sa gloire, sa vie et sa puissance, et en remplir l'ange qui la désire si ardemment. »

L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme (1790), § 2 

 

« Car lorsque la vie divine passe en nous, elle y attire l'esprit, et lorsque l'esprit vient en nous, il y attire la vie divine ; là Dieu se spiritualise, et l'esprit se divinise, et notre être reçoit alors cette nourriture ainsi préparée par la sagesse qui dispose toutes ses opérations pour le plus grand bien des êtres ; sans cela la Divinité nous consumerait, si elle y venait seule, et l'esprit ne nous nourrirait pas assez, s'il y venait seul à son tour, attendu que sans être Dieu, nous sommes cependant plus que l'esprit.

Cette loi qui nous est tracée pour opérer notre régénération, nous indique assez clairement quelle était la loi qui devait accompagner notre destination primitive, puisqu'elle devait être encore plus étendue sans cependant changer de nature, car une loi n'en change point, quoiqu'elle se resserre, ou se retire quand les êtres se sont rendus absolument indignes qu'elle agisse encore sur eux ; ainsi puisque nous devons aujourd'hui faire parvenir la région divine jusqu'à notre ange, nous devions autrefois avoir le privilège de rendre le même service à un plus grand nombre d'êtres, et à des êtres qui fussent encore plus dans la privation que notre ange particulier, enfin si nous pouvons aujourd'hui faire passer par nous quelques rayons du soleil divin, il faut que, par notre nature originelle, nous ayons eu le pouvoir de faire passer par nous la Divinité tout entière, et par conséquent nous ne pourrons nous croire régénérés que quand nous aurons atteint ce but immense qui est le terme final de notre être ; car, nous venons de le dire, une loi ne peut changer, et pour obtenir notre régénération, il faut que la Divinité tout entière pénètre notre être comme elle l'aurait fait primitivement, si nous eussions suivi ses desseins. Homme, apprends ici combien tu es loin de ton terme, et vois si cette perspective te peut laisser croire que tu doives languir dans l'inaction. »

L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme (1790), § 2 

 

Le Nouvel Homme Louis-Claude de Saint Martin