Le Nouvel Homme, § 5

Inriiiii

 

« Tel est l'état de ceux qui après avoir vaincu le dragon, sont montés après leur mort dans la région du repos et du bonheur ; tel est même l'état de ceux qui ici-bas ont rompu les chaînes de leur esclavage, et ont ouvert toutes leurs facultés à celui qui ne demande pas mieux que de les pénétrer et de les remplir ; enfin tel est l'état de ceux sur qui l'esprit a imposé les mains, parce que par cette imposition des mains, il rassemble en eux dans une unité toutes les subdivisions spirituelles qu'ils avaient laissé disséminer ; c'est même par ce moyen, et en vertu de l'unité indivisible dont cet esprit est dépositaire qu'il les met dans le cas d'imposer les mains à leur tour sur leurs semblables, et d'y opérer les mêmes rassemblements qui se sont opérés en eux lors de l'imposition des mains de l'esprit ; et tel est l'objet du sacerdoce ; tels en sont les pouvoirs, tels en sont les fruits pour ceux qui s'en sont rendus dignes, et qui ont été compris dans la divine sélection. »

 L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme (1790), § 5 

Louis-Claude de Saint Martin Le Nouvel Homme