Au sujet de la Loge Saint-André Apôtre primitive et de ses liens avec les Martinistes russes

 

Autel 3

« Le Martinisme s’est implanté en Russie, de par les liens entretenus par Papus (1865-1916) avec ce pays, assez vite après les premières années de fondation de l’Ordre Martiniste à Paris, ceci faisant que l’on assista à la constitution de plusieurs Loges bien avant la Révolution d’octobre en 1917. Ainsi à Vladimir, une Loge Saint-Jean l’Apôtre fut fondée en mai 1910 et placée sous l’autorité de Pierre Kasnatcheev, titulaire d’une Chartre (n°263), (…) enfin, à Kiev, c’est la Loge Saint-André Apôtre, placée sous la responsabilité de Serge Marcotoune, qui fut crée. Après la disparition de Papus, Jean Bricaud (1881-1934), en tant que Grand Maître de l’Ordre, confirma Serge Marcotoune comme délégué général pour l’Ukraine (chartre n°501, en date du 25 mai 1919). » (…)

« En 1921, Savoire va se rapprocher du martinisme, par l’intermédiaire du Chapitre Saint-André Apôtre n°2, dirigé par Serge Constantinovitch Marcotoune (+ 1971). Ce dernier, parmi les membres fondateurs de la Société occultiste internationale (SOI), dirigée par Jean Bricaud (1881-1934), qui entendait succéder au Groupe indépendant d’études ésotériques fondé par Papus en 1889. Les événements liés à la Révolution, contraignant Serge Marcotoune à l’exil, il s’installait à Paris, (…), où il constituait, de par une patente de Jean Bricaud du 22 décembre 1920, la Loge Saint-André Apôtre n°2 (reprenant, en référence, le titre de la loge de Kiev mais avec une nouvelle matricule), Loge qui allait certes regrouper de nombreux Russes et Ukrainiens en exil, mais également des français, principalement des maçons dont en particulier ceux travaillant au Rite écossais rectifié, attirés par le climat de profonde spiritualité que l’on trouvait à Saint-André Apôtre. »

 Jean-Marc Vivenza, extrait de la préface à la réédition de Camille Savoire « Regards sur les Temples et la Franc-Maçonnerie », pp.31-32.Saint andre